Édito du Maire

Le Maire de Rochecorbon, Bernard PLAT
Bernard PLAT, Maire de Rochecorbon

 

Chères Rochecorbonnaises, Chers Rochecorbonnais,

La législature s’achève le 25 février. Sauf tempête dans la fosse d’orchestre de l’Assemblée Nationale, nous saurons à cette date si la Communauté Urbaine Tour(s) plus est devenue Métropole en même temps qu’Orléans, Dijon, Saint Etienne, Toulon, Clermont-Ferrand et Metz ce qui porterait leur nombre à 22. Ainsi l’objectif d’être membre des villes qui comptent dans notre pays serait atteint.
L’entrée de Tours dans ce cercle, qui sera désormais fermé quel que soit le résultat du vote de l’Assemblée Nationale serait un événement historique pour
l’Agglomération, le Département et la Région. En effet les métropoles sont des interlocutrices privilégiées des Régions et de l'État. Après transfert de la propriété de l'État, la Métropole aménage, entretien et gère les grands équipements et infrastructures dans des domaines aussi importants que l’habitat ou le logement étudiant. La Métropole est associée de plein droit au contrat de plan conclu avec l'État ainsi qu’à la révision et la modification, de tout document ou schéma de planification en matière d’aménagement, de développement économique et d’innovation, de transport d’environnement, d’enseignement supérieur et de recherche.
Ainsi chacun de nous peut aujourd’hui mesurer combien il est essentiel d’intégrer le groupe des Métropoles car elles seront toujours la priorité des gouvernements successifs de la France. C’est elles qui porteront la dynamique des Régions, des Départements. Elles assureront la complémentarité et la coexistence du monde urbain et du monde rural. Elles bénéficieront aussi des plus fortes dotations financières que verse l'État. Enfin le statut de métropole confère aux villes un rayonnement international, gage de développement notamment touristique pour notre territoire.

Si nous sommes fin février Métropole, le parcours réalisé par la classe politique tourangelle dans son ensemble, les services de Tour(s)plus, les Directeurs Généraux des Services et secrétaires de mairies des 22 communes aura des allures de chevauchée fantastique. En effet quand il a pris ses fonctions de Président de Tour(s)plus, Philippe Briand ne souhaitait pas que l’agglomération devienne une Communauté Urbaine et loin de lui l’idée que Tour(s)plus soit métropole. C’est un courrier du Préfet du 15/12/15 qui lui fera prendre conscience de l’enjeu que représente pour notre agglomération l’accès à ce statut. Une fois convaincu
Philippe Briand a fédéré autour du projet l’ensemble des maires de Tour(s)plus à une exception près,
le Conseil Départemental à l’unanimité, les sénateurs, les députés et les décideurs de la société civile.
Les personnalités politiques influentes auprès des ministres en charge du dossier du Grand Paris et des métropoles ont aussi apporté leur contribution.

Toutes les couleurs politiques de Tour(s)plus, du département, des députés et sénateurs se sont fondues en une seule, celle de l’intérêt général. Ainsi a-t-on fait ce que j’appelle de la vraie politique définie dans tout dictionnaire comme l’art d’administrer la cité. Autant que la qualité du dossier réalisé par l’ATU, c’est la cohésion de nos personnalités politiques pour le projet qui a impressionné au plus haut niveau l'État.

L’avenir de notre territoire se joue désormais comme celui des autres métropoles potentielles et du Grand Paris dans les navettes entre le Sénat et l’Assemblée Nationale. Le dernier point se discutera dans cette chambre qui pour l’instant a dit oui, mais restons prudents, la politique à l’Assemblée Nationale n’est pas une science exacte. Si près du but je mesure le chemin parcouru par l’agglomération depuis sa création par 9 communes en 2000. Elle passe à 14 en 2001 puis à 19 en 2010 et enfin à 22 au 1er janvier 2014 avec l’entrée de Chanceaux sur Choisille, Parcay-Meslay et Rochecorbon.
A la faveur de la réforme des Collectivités Territoriales qui a vu au 1er janvier 2017 notre département passé de 22 communautés de communes à 13, certaines communes du Vouvrillon, celles-là même qui combattaient pour que nous n’y allions pas seraient bien venues à Tour(s)plus.
Mais le train de la réforme n’a pas pris de nouveaux passagers pour l’agglomération. Alors heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage … en 2014.
A l'heure du dénouement, je ne peux dissocier Jean Germain et Philippe Briand, métropole ou pas.
Jean Germain a fondé l'agglomération Tour(s)plus, ensemble ils l'ont développée. Jean Germain a déposé l'amendement qui a permis à Tour(s)plus de revendiquer le statut de métropole. Philippe Briand a porté le dossier jusqu'au sommet de l'État. Ensemble ils ont affiché leur ambition pour Tours et la Touraine.

La vie de notre commune se situe à une toute autre échelle. Mais parcourez cette édition de la Lanterne. En plus des rubriques habituelles, vous découvrirez notre dossier des travaux qui seront
exécutés en 2017 et des projets qui prennent forme dont certains ne seront pas achevés au terme de notre mandat en mars 2020.

En même temps qu'une bonne lecture de ce numéro, je vous renouvelle mes voeux de santé pour affronter les difficultés matérielles, financières, morales, éthiques...de 2017.
Ah ! J'allais oublier quelques soucis supplémentaires cette année... Nous avons à choisir un nouveau
Président de la République, une nouvelle Assemblée Nationale !
Bon courage ! et bonne chance à la France parce que la France c'est chacun de nous et de nos descendants.


Bernard Plat,
Maire